Commotions cérébrales - Prévention, reconnaissance et prise en charge

L’objectif de cette promotion est d’augmenter les connaissances de base des athlètes, parents et intervenants pour améliorer la détection des commotions cérébrales présumées pour une prise en charge adéquate. — Photo Claude Rochon

Québec - 13 septembre 2018 — En ce début de saison sur la glace et à l’aube des premières compétitions de l’automne, la Fédération de patinage de vitesse du Québec (FPVQ) tient à rappeler l'importance de la prévention, de la reconnaissance et de a prise en charge des commotions cérébrales. Le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, MEES, a produit des outils de sensibilisation visant à améliorer la reconnaissance d’une potentielle commotion cérébrale chez les athlètes, les parents et les intervenants et la FPVQ a tenu à diffuser ces outils à ses membres. 

Lire Communication 5 - Commotions cérébrales - Outils pour tous les détails et pour trouver les outils proposés par le MEES.

L’objectif de cette promotion est d’augmenter les connaissances de base des athlètes, parents et intervenants pour améliorer la détection des commotions cérébrales présumées pour une prise en charge adéquate. Pour ce faire, il faut connaître ce qu’est une commotion, les principaux signes et symptômes ainsi que les outils qui existent (protocole, fiche de suivi, etc.).

La FPVQ souhaite que ses membres connaissent le Protocole de gestion des commotions cérébrales, ainsi que sa Fiche de suivi.

Vous trouverez ces deux documents en suivant le lien ici-bas :

http://bit.ly/2AL36Pi

Il faut savoir que la surveillance est une responsabilité partagée par l’ensemble des acteurs impliqués auprès des athlètes, plutôt que de reposer sur les épaules d’un seul responsable ou de l’entraineur.

Sachez qu’après un impact significatif ou un mouvement brusque de la tête, et ce, sans la présence de signes ou de symptômes, il est préférable de retirer préventivement le patineur et d’effectuer une période d’observation de 48 heures, en cas d’apparition de signes et de symptômes tardifs. S’il n’y a rien au bout de cette période, il peut retourner à l’entrainement. C’est simple, mais on peut ainsi éviter les complications.

Bonne saison à tous en sécurité et en santé!

Commanditaires

Gouvernement du Québec

Suivez-nous

Social

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Nos prochaines activités