Direction Pologne pour 5 Québécois!

Claudia Gagnon, de La Baie, en sera à ses premiers Mondiaux juniors, elle qui a conclu les Championnats canadiens juniors au 4e rang, dimanche, à Saguenay. — Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

 
 

Québec, 18 décembre 2017 — Après trois journées intenses de compétition à Saguenay pour les Championnats canadiens juniors, trois Québécoises et deux Québécois ont finalement obtenu leurs billets pour les Mondiaux juniors qui se tiendront en Pologne du 2 au 4 mars 2018! Bravo! C’est sur la glace du Centre Georges-Vézina qu’Alyson Charles (Montréal, Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension), Danaé Blais (Châteauguay), Claudia Gagnon (La Baie), Vincent Girard (Chicoutimi) et Alexis Marceau (Rivière-du-Loup) ont confirmé leurs sélections au sein de l’équipe nationale junior formée de huit patineurs. Les Québécoises ont respectivement signé des 2e, 3e et 4e positions, alors que les deux Québécois ont conclu au 3e et au 4e rang du classement général.

Charles et Blais en seront à leur quatrième et troisième participation, alors que Gagnon, Girard et Marceau en seront à leur première.

Pour revoir les courses, chaîne Youtube PatinVitesseQc

Résultats: Femmes / Hommes

(Selon Le Quotidien) Quatrième après deux épreuves (1500m et 500m), Vincent Girard avait besoin de connaître une bonne journée pour conforter sa place, voire pour se qualifier dans le top-3 qui assure une participation à toutes les épreuves individuelles aux Mondiaux juniors en plus du relais. Après une déception au 1000m où il a mené jusqu’à deux tours de la fin avant d’être attaqué de tous les côtés, le longiligne athlète de 19 ans s’est repris brillamment à la finale du Super 1500m qu’il a remportée en puisant dans ses ressources à l’issue d’une course effrénée et excitante jusqu’au fil d’arrivée. Grâce à cette médaille d’or, il a réussi à se hisser au 3e rang du classement général.

Pour le Chicoutimien qui s’entraîne depuis deux saisons au Centre national de Calgary, la victoire était d’autant plus précieuse qu’il s’agissait de sa dernière chance de se qualifier pour les Mondiaux juniors. «J’avais besoin d’arriver en avant de Francis (Dumouchel) pour me classer pour les Mondiaux juniors. Mais je ne m’attendais pas du tout à ça! J’ai vraiment travaillé fort pour (l’or)! Je suis vraiment content!», a commenté celui qui s’est présenté au Centre Georges-Vézina avec l’objectif de se qualifier pour les Mondiaux juniors, sans plus. «Mais c’est encore mieux d’être arrivé troisième», ajoute-t-il avec un grand sourire.

De la peine à la joie

Pour sa part, Claudia Gagnon jouait elle aussi son va-tout pour obtenir son billet pour les Mondiaux juniors. Cinquième après les épreuves du 1500m et du 500m, la patineuse blonde avait réussi à améliorer son sort en remportant la médaille de bronze au 1000m. Lors de la finale du Super 1500m, elle semblait sur la bonne voie lorsque, dans le dernier virage du dernier tour de l’épreuve, elle a été emportée dans la chute de Mégan Boudrias. Les larmes aux yeux, elle a complété le dernier tour en pensant bien que ses dernières chances d’aller aux Mondiaux juniors venaient de s’envoler en fumée. Même les paroles de réconfort de ses amies qualifiées étaient un bien petit baume. Puis, coup de théâtre, son entraîneur est venu lui annoncer qu’elle avait quand même obtenu son billet pour la Pologne. Cette fois, ce sont des larmes de joie qui ont inondé ses joues pendant que ses coéquipières qualifiées la félicitaient avec entrain.

«Pour le Super 1500, j’ai essayé d’être calme, sauf que je me retrouvais avec les six premières au classement. C’est donc vraiment difficile comme course. J’aurais pu prévoir mon dépassement plus tôt, sauf que lorsque Mégan est tombée, je n’ai pu l’éviter. Mais comme j’ai terminé en avant de Mégan et que j’avais déjà une avance sur la sixième, ça me donnait quand même la quatrième place», relate la jeune femme dont ce sera à la fois ses premiers et ses derniers Mondiaux juniors.

Le 1000m couru un peu plus tôt lui a donné pleine satisfaction. «Je voulais finir en force et gagner pour pouvoir remonter au classement, car j’étais cinquième. Ç’a été une grosse course jusqu’à la fin parce que j’avais de la misère à compléter mon dépassement. J’ai tenu jusqu’à la fin et ç’a porté fruit», a conclu celle qui est membre de l’équipe nationale de développement.

Prévisions dépassées

Président du comité organisateur, Christian Simard s’est dit très satisfait du déroulement de l’événement. «Nous n’avons presque pas eu de blessures à déplorer et la glace était excellente. Nous avons reçu des compliments de la part de Patinage de vitesse Canada à cet égard. On a réussi à atteindre notre objectif principal, c’est-à-dire présenter une compétition de haut niveau, et on a réussi à bien le faire», a-t-il indiqué, fier du travail de la centaine de bénévoles (dont plusieurs du club des Comètes de Chicoutimi) qui ont mis l’épaule à la roue pour assurer le bon déroulement de l’événement.

Même les prévisions en terme de spectateurs ont été dépassées. «On avait prévu à notre budget un objectif d’environ 1500 spectateurs et on l’a dépassé. J’estime qu’un peu plus de 2000 personnes sont venues (durant les trois jours de compétitions). C’est très intéressant pour nous.»

Résultats régionaux

Quatre athlètes du centre régional d’entraînement Marc-Gagnon étaient sur les rangs. Bien que pour la plupart, il s’agissait surtout de prendre de l’expérience contre les meilleurs juniors au pays et de cibler les points à améliorer, l’entraîneur-chef David Simard espérait que ses protégés, Maude Tremblay, Karina Montminy, Mariane Guay et Justin Bergeron, connaîtraient une meilleure fin de semaine.

«Ça a bien été pour Maude (Tremblay) qui a fini 16e au total. Je m’attendais à un peu plus de sa part, sauf qu’elle a été à la hauteur des autres patineuses de son niveau et il lui reste encore deux ans d’éligibilité. C’est quand même une belle performance pour elle. Ça montre une constance dans sa saison, mais il y a une petite stagnation que j’aimerais voir débloquer. On va travailler encore plus fort», a-t-il commenté.

David Simard a aussi eu de bons mots pour Justin Bergeron, âgé de 16 ans seulement, qui a conclu au 25e rang, premier du Groupe B. «Justin a commis des erreurs d’expérience si l’on veut. C’est un patineur d’instinct. Dans certaines situations de confrontations en fin de course, quand il se retrouve dans un peloton où ça joue serré, il faudra apprendre à se montrer plus patient. (Au 1000m), il a fait un dépassement qu’il n’était pas obligé de faire parce que sa place était assurée et il s’est fait passer par deux autres patineurs. Justin est un très bon patineur avec un bon potentiel. Il a un talent brut qu’il faut juste peaufiner. Il apprend beaucoup de ses erreurs», image-t-il.

Par contre, la compétition aura été difficile pour Karina Montminy, qui a été aux prises avec des malchances (chutes et lames brisées). «C’est une déception pour elle, car ç’a été sa pire compétition à vie. Mais d’un autre côté, c’est un apprentissage et elle doit apprendre à se relever de cela. Elle n’a jamais vécu ça et c’est bien que ça arrive à ce moment-ci, car il lui reste encore deux ans d’admissibilité. Elle sait ce qu’elle a à travailler et on va viser les juniors pour la fin d’année», note David Simard.

Quant à Mariane Guay, elle a eu plus de difficulté à composer avec le stress. «C’est une super bonne coureuse à l’entraînement, mais en compétition, il y avait un peu plus de stress. De plus, la priorité pour elle, ce sont ses études et on travaille donc d’autres objectifs avec elle.»

Commanditaires

Gouvernement du Québec
Passion/Patin/Vitesse

Suivez-nous

Social

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.

Nos prochaines activités