Mathieu Gendron-Daigneault - 31 mars 2018 - Le succès passant par le plaisir

Dans mes dernières années en tant que patineur de vitesse, j’ai eu la chance de porter à la fois le chapeau d’athlète et celui d’entraîneur. J’ai ainsi pu développer un bon processus de réflexion par rapport à ma propre technique et à la manière dont j’abordais chacune de mes pratiques et compétitions puisque je devais guider des jeunes à travers un cheminement semblable.  Ces belles années de transition m’ont permis de comprendre que ma clé du succès était définitivement de toujours retrouver un élément de plaisir au patinage de vitesse si je voulais m’accomplir et performer. En effet, ma motivation et mes performances ont tranquillement commencé à décliner le jour où j’ai commencé à réaliser mes entraînements et compétitions par obligation plus que par choix. J’essaie donc de toujours teinter de cet aspect les entraînements que je donne en considérant toutefois la spécificité de chacun des patineurs. En effet, je suis conscient que deux patineurs peuvent y trouver leur compte de deux manières complètement différentes.  Certains éprouvent du plaisir dans le dépassement de soi, d’autres dans l’aspect social des entraînements ou tout simplement dans le fait de faire de l’exercice physique. Il s’agit donc de bien connaître ses patineurs et de prendre un temps en début de saison avec chacun d’entre eux afin de bien cerner la raison de leur intérêt envers la pratique de ce beau sport. De cette façon, il sera beaucoup plus simple d’accompagner individuellement chacun des athlètes dans leur quête de plaisir associée au patinage de vitesse. Par exemple, sachant qu’un patineur prend plaisir à progresser et à perfectionner sa technique, je pourrais consacré davantage de mon temps avec lui à lui faire des rétroactions précises sur ses éléments techniques à travailler et à clairement lui refléter les points sur lesquels il a progressé. Comme approche plus globale, l’entraîneur-chef de Sherbrooke a amené un nouveau principe selon lequel on questionne le patineur en lien avec le plaisir qu’il a éprouvé à s’entraîner. Ça nous permet de noter si un patineur ne s’amuse pas assez à son goût et de creuser pour connaître la raison sous-jacente. De plus, personnellement, j’essaie d’aborder chacun des entraînements avec une attitude ludique en étant souriant, sociable et facile d’approche pour tous les patineurs. Je me permets même de faire quelques blagues lorsque le moment s’y prête. Ceci permet de créer une ambiance de groupe agréable où tous s’y retrouvent. Les jeunes sont aussi invités à ajouter à cette ambiance ludique. Bien entendu, il faut que les jeunes comprennent que lorsqu’il est temps de s’entrainer, il n’y a pas de place pour ce «décrochage» qui est toutefois, selon moi,  essentiel aux moments opportuns et avec un bon dosage.   

Partenaires

Les Pingouins
Les Pingouins
Les Pingouins
Les Pingouins
Les Pingouins
Les Pingouins
Les Pingouins

Suivez-nous

Social

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.