Le Québec brille comme jamais à l'international!

 

Lévis, 17 février 2020 — Rarement le patinage de vitesse québécois aura autant brillé sur la scène internationale! Les patineurs longue piste ont écrit l’histoire aux Championnats du monde par distance en raflant 3 médailles pendant que la troupe en courte piste remportait 4 médailles dont l’or et l’argent aux relais masculin et féminin! Le week-end du 13 au 16 février 2020 aura été inspirant du début à la fin!

(Selon Sportcom) Malgré un répit de moins d’une heure entre ses deux épreuves disputées dimanche, Antoine Gélinas-Beaulieu est parvenu à « trouver ses jambes » pour remporter la première médaille de sa carrière au départ en groupe, dernière course présentée aux Championnats du monde par distance longue piste, à Salt Lake City, en Utah.

Après s’être classé septième du 1500 m en réalisant le meilleur temps de sa carrière sur cette distance (1 min 42,550 s), le patineur originaire de Sherbrooke a réussi « l’improbable », à peine quelques minutes plus tard, en raflant le bronze à sa troisième présence à vie au départ groupe.

« Je suis surpris de la manière dont les choses se sont déroulées! Honnêtement, je misais beaucoup plus sur le 1500 m que sur le départ en groupe, mais je ne peux être plus satisfait des deux résultats! » a indiqué Gélinas-Beaulieu, quelques instants à peine après avoir reçu sa médaille.

Conscient du peu de temps de repos dont il bénéficiait entre ses deux courses, le Québécois avait établi une stratégie conservatrice en vue de sa dernière épreuve, mais les choses ont bien vite changé pour tourner en sa faveur. 

« Mon but était de m’économiser en restant dans le peloton. Par contre, tout s’est passé différemment! Je me suis ramassé à l’avant et j’ai travaillé avec les meneurs pour garder notre priorité sur les autres », a analysé Beaulieu-Gélinas, qui a tout donné dans les derniers instants de la course.

« À la fin, quand nous nous sommes fait rattraper, il me restait assez de jus et j’ai sprinté vers la médaille de bronze! »

Auteur d’un chrono de 7 min 40,270 s, l’athlète de 27 ans est monté sur le podium en compagnie de son compatriote Jordan Belchos (7 min 39,790 s) et du vainqueur, le Néerlandais Jorrit Bergsma (7 min 39,490 s). Ce moment a d’ailleurs suscité un moment de nostalgie pour celui qui s’était détaché du sport le temps de quelques années, avant d’effectuer un retour à la compétition en 2015.

« Il y a quatre ans, quand j’ai vu le départ en groupe, je me suis dit que ce pourrait être mon genre d’épreuve et ça m’a motivé. Aujourd’hui, je suis médaillé aux Championnats du monde, c’est incroyable! » a exprimé Antoine Gélinas-Beaulieu avant de retourner célébrer avec ses comparses.

 

Double satisfaction pour Maltais

Seule autre Québécoise en action dimanche, Valérie Maltais, qui a remporté le bronze avec ses coéquipières vendredi à la poursuite par équipe, était du départ en groupe féminin, où elle a obtenu le meilleur résultat de sa carrière à cette épreuve en terminant sixième. « Je me suis vraiment bien sentie aujourd’hui et j’avais de bonnes jambes. J’ai fait une bonne course et je suis vraiment contente de mon résultat », a mentionné la Saguenéenne à l’issue de sa journée de travail.

La satisfaction de Maltais dépassait toutefois la performance individuelle, elle qui a épaulé sa coéquipière Ivanie Blondin tout au long de la course, en route vers la conquête de l’or. « Elle a eu une grosse fin de semaine et j’ai travaillé pour l’avantager en bouchant les trous. Nous voulons toutes bien faire au niveau personnel, mais nous essayons toujours de nous aider selon nos forces et nos faiblesses. Nous avons fait un bon travail d’équipe dans une course individuelle et c’était plaisant de célébrer avec elle à la fin », a conclu Maltais.

Avec le bronze de Laurent Dubreuil samedi au 1000m, le Québec ressort des Championnats du monde avec 3 médailles, du jamais vu depuis l’époque de Gaétan-Boucher.

Fort d’une récolte de neuf médailles, le contingent canadien présent à Salt Lake City sera de retour au pays lundi et amorcera sa préparation en vue des Championnats du monde toutes distances qui se dérouleront du 28 février au 1er mars, à Hamar, en Norvège.

Un week-end de 4 médailles en courte piste!

Montréal, 16 février 2020 (Sportcom) – La délégation canadienne en patinage de vitesse courte piste a ajouté trois médailles à sa récolte, dimanche, à la dernière Coupe du monde de la saison présentée à Dordrecht, aux Pays-Bas. Les équipes de relais masculine et féminine ont respectivement raflé l’or et l’argent, tandis que Steven Dubois a décroché le bronze au 1000 m (2). La veille, Cédrik Blais avait remporté l’argent au 1000m (1).

L’équipe canadienne au relais masculin n’a pas connu une saison à tout casser cette année, mais a réussi à conclure sur une bonne note avant les Championnats du monde.

Dans une fin de course spectaculaire disputée sous les acclamations des partisans néerlandais, Pascal Dion, Steven Dubois, Charles Hamelin et Jordan Pierre-Gilles ont réussi à devancer les favoris de la foule par 3 centièmes de seconde. Les représentants de la Chine ont reçu le bronze, tandis que les Sud-Coréens ont été pénalisés.

« C’est une victoire qui fait vraiment du bien! On avait eu un bon résultat aux Quatre continents (NDLR : une médaille d’argent) et on savait qu’on était fort et qu’on pouvait bien faire. Il y avait juste toujours des imprévus en Coupe du monde », a déclaré Dubois.

Depuis l’obtention de sa médaille de bronze à la toute première compétition de la campagne 2019-2020, à Salt Lake City, la formation masculine n’avait pas participé à une seule finale A ou B au relais 5000 m dans le circuit des Coupes du monde. Après avoir été pénalisés à Montréal et à Nagoya, les Canadiens avaient été stoppés en quarts de finale à Shanghai et à Dresde.

La simple présence en finale A étant déjà un soulagement, jouer les trouble-fêtes aux Pays-Bas en ayant le dessus sur les Néerlandais au dernier tour a été un moment extraordinaire pour Dubois.

« C’était fou! C’est vraiment une grosse équipe les Pays-Bas et ç’a été une course difficile. Quand ils ont mis Thunderstruck, la foule criait et l’ambiance était malade, alors la pression a monté un peu, raconte le Québécois. On a tellement bien géré notre énergie qu’on a quand même réussi à aller chercher la victoire. »

D’autant plus qu’une autre contre-performance à cette épreuve aurait pu priver le Canada d’une place aux mondiaux. Les patineurs de l’unifolié devaient vaincre les Français aux quarts de finale et surveillaient les résultats d’autres nations comme l’Italie ou le Kazakhstan, qui n’ont finalement pas passé les quarts de finale.

« On a bien travaillé ensemble toute la fin de semaine. C’est super de gagner l’or à la dernière Coupe du monde, ça ne pouvait pas mieux se passer », a fait savoir Dubois.

L’argent sans Kim Boutin

C’est sans la vétérane Kim Boutin que l’équipe du relais féminin a participé à la finale A de dimanche. Alyson Charles, Danaé Blais, Claudia Gagnon et Courtney Sarault ont prouvé qu’elles ont ce qu’il faut pour se démarquer malgré tout en montant sur la deuxième marche du podium.

Le quatuor avait déjà connu du succès par le passé. Il avait obtenu l’argent aux Championnats des quatre continents au mois de janvier et avait aussi été couronné champion du monde junior à cette épreuve en 2018.

« C’était la première Coupe du monde sans Kim, alors on devait vraiment être sharp et on savait sur quoi on devait se concentrer. Il fallait juste bien exécuter chacune de notre côté et on voulait tout donner pour la finale », a souligné Alyson Charles.

« On a connu de bons résultats par le passé et on s’entraîne ensemble depuis longtemps, alors on pouvait tirer avantage même si Kim n’était pas là », a-t-elle ajouté

Les Canadiennes terminent ainsi deuxièmes au classement général et se prépareront pour les Championnats du monde avec l’objectif de se hisser au sommet. « Ça nous met en confiance pour aller chercher plus haut. Il va falloir continuer de travailler à l’entraînement dans les prochaines semaines et mettre l’accent sur le relais », a analysé Charles.

Du succès à l’individuel pour Dubois

Un peu plus tôt dans la journée, Steven Dubois s’est emparé de la médaille de bronze au 1000 m. Il a été devancé par les Sud-Coréens Park Ji Won et Kim Dong Wook en finale. « J’ai voulu m’amuser et je ne m’attendais pas nécessairement à une médaille. Je suis arrivé plus léger et ç’a donné de bons résultats », a-t-il dit.

Il s’agit de sa quatrième médaille individuelle de la campagne, lui qui a mis la main sur l’or pour la première fois de sa carrière la semaine passée, à Dresde, au 500 m.

« Ça m’a mis sur un high et je me sentais super bien en arrivant ici, mais je voulais surtout me concentrer sur le relais cette fin de semaine », a admis l’athlète de Terrebonne.

Charles Hamelin a quant à lui été le deuxième patineur de la finale B à traverser la ligne d’arrivée et a terminé en 7e place, tandis que William Dandjinou s’est classé 38e.

Après avoir chuté en demi-finale du 500 m, Jordan Pierre-Gilles a gagné la finale B et a conclu en 5e place. Pascal Dion a été stoppé en demi-finale et a pris le 9e rang, puis Cédrik Blais, qui a été pénalisé en quarts de finale, pointe au 19e échelon.

Du côté féminin, Alyson Charles a conclu au 8e rang du 500 m après avoir terminé 3e de la finale B. En action pour l’épreuve du 1000 m, Danaé Blais et Claudia Gagnon se placent 26e et 34e.

Partenaires

Sport'Aide
Les Pingouins
Apogee
Sport'Aide
Les Pingouins
Apogee
Sport'Aide
Les Pingouins
Apogee

Suivez-nous

Social

Il y a présentement aucun vidéo de disponible.